Quelque chose se meut sous terre

Plus de batailles plus de guerre

Toutes choses vivantes elle dévorera

Là où se posent ses pas, plus rien ne poussera

À la nuit, ferme les portes et les huis

Lorsque le silence tombe sur la campagne

Elle viendra prendre son dû, la compagne

Des créatures de la nuit

Cachez-vous les yeux et ne faites plus de bruits

Arrivent dans son sillage les pleurs des orphelins

Que ta demeure soit loin de son chemin

La compagne des créatures de la nuit

Ne cherche pas vengeance si elle a pris

Quelques-uns de tes parents

Devant elle les dieux supplient

Rien n’arrête la soif de sang

De la compagne des créatures de la nuit

“Comptine de l’île orpheline”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *